SAWAKO…

sawako

… un amour à la japonaise.


Mon manga du moment, c’est Kimi Ni Todoke (publié en France sous le titre Sawako).
C’est un manga typique shojo (nda: pour filles): histoires d’amour au lycée, un thème très classique au Japon.
L’héroïne se nomme Sawako mais au début est surnommée Sadako (pour sa ressemblance avec l’héroïne de Ringu, qui fait peur). Elle va se faire des amies et tomber amoureuse de Kazehaya.
Bon, la première fois qu’ils sortent vraiment ensemble c’est au chapitre 46!
Et leur premier bisou au chapitre 71 ! O_o (soit 6 mois plus tard !!! O_o’).
Eh oui! les japonais(es) peuvent être hyper réservé(e)s quand il s’agit de sentiments (mais je dois dire que leur cas à tous les 2 est vraiment grave…).
Heureusement, Sawako a des copines dont on suit également les histoires de cœur qui n’évoluent pas à la même vitesse.
Ce genre de manga, on ne le trouvera jamais en BD. En Europe, comme aux US, chaque case de BD doit faire avancer l’histoire, soit par l’action, soit par les dialogues.
Dans un manga, on peut avoir plusieurs pages sans dialogue (du coup le manga se lit très vite) : plusieurs cases de combat (typique dans le shonen, comme Naruto par exemple) ou plusieurs dessins successifs pour mettre dans l’ambiance.
Par exemple, dans Kimi Ni Todoke, on peut avoir un plan d’ensemble pour savoir où se situent les persos, un plan sur leurs pieds (ça nous montre s’ils sont proches ou non), un plan sur leurs mains (est-ce qu’ils essaient de se tenir la main sans oser ?), un gros plan sur leur visage (pour bien voir quand ils sont gênés) ou même un gros plan sur leurs yeux (quoi de mieux pour voir une larme qui coule ?).
Tout ça juste pour rendre l’émotion, ce qui, je trouve, retransmet très bien ce qu’on peut ressentir quand on est ado.
La semaine dernière le tome 15 est sorti. Il ne doit sortir que 3 ou 4 tomes par an donc c’est super difficile d’attendre le prochain numéro quand on vient d’en finir un.
Alors je me suis mise au scantrad (vous pouvez suivre l’histoire ici, en anglais : http://www.mangareader.net/280-19779-5/kimi-ni-todoke/chapter-0.html).
Je trouve les traductions un peu moyennes parfois, donc je prends toujours plaisir à relire en français. Pour ceux qui sont très fleur bleue, comme moi, je vous le conseille.

Attention ! Le scantrad, c’est juste pour pallier l’attente ! Un manga qu’on aime c’est un manga qu’on achète !


Leave a Reply

*